Les résidences de l’Atelier

Depuis 2009, dans une politique et une dynamique d’accueil pour jeunes artistes, l’Atelier organise un concours annuel ouvert à des artistes internationaux. Il leur est proposé d’approfondir un projet personnel qu’ils traduiront notamment dans une des techniques de l’art de l’estampe. Les infrastructures de l’Atelier sont gratuitement mises à disposition durant la durée de leur résidence.

 

A la fin de leur résidence, les artistes sont invités à montrer leur travail lors d’une exposition collective organisée au sein d’espaces d’art genevois (Ferme de la Chapelle en 2011, Musée de Carouge en 2012, Halle Nord en 2013, Le Commun en 2014-2015, l’espace PNEU du Vélodrome en 2016, RU aux Acacias 76 en 2018). Ces évènements confirment l’intérêt croissant pour le multiple contemporain.

La dernière exposition « Parmi les machines » a eu lieu du 31 octobre au 17 novembre 2019, à l’Imprimerie des Arts, rue des Corps-Saints 10.

 

 

Les résidents 2022:

Giovanna Belossi

Dans sa pratique, Giovanna cherche à donner place à des lieux où les continuités et les discontinuités entre les choses peuvent se désarticuler et réarticuler différemment. Elle joue à créer des narrations non linéaires, en tentant de fuir des lectures trop frontales et rationnelles.

 

Giovanna emprunte donc des formes plus ou moins classiques et familières à un imaginaire collectif pour ensuite les déplacer, les fragmenter et les réassembler, afin d’engendrer de nouvelles dynamiques et associations de sens entre les éléments.

Juliette Mancini

Après des études de graphisme aux Arts Décos de Paris et à l’ESAA Duperré, Juliette Mancini fait un choix de carrière audacieux et se met à la bande-dessinée. Elle est publiée par les éditions Atrabile (De la chevalerie en 2016, Éveils en février 2021). En 2015, elle crée avec Elsa Abderhamani la revue Bien, monsieur. récompensée par le Fauve de la BD Alternative au festival d’Angoulême 2018.

 

Juliette partage son temps entre commandes graphiques, écriture de bandes-dessinées et enseignement.

 

 

Tentative de métabolisation I, eau-forte et aquatinte

Le sable, probablement, a balayé les mots, 2019, photo © Guillaume Schilter

Luca Rizzo

Luca Rizzo, artiste visuel et performeur, utilise le textile comme medium à partir duquel par divers procédés il passe de la toile à l’objet, de l’objet au corps en mouvement. La mémoire est le point de départ de son travail. Convoquer le passé et les souvenirs est un essai de reconstruction d’une mémoire ancienne oubliée. La matière devient alors une extension de la pensée et de l’espace. Il s’intéresse à la rencontre entre l’organique et la matière brute. Entre l’aléatoire et le figé. Entre la pensée et ce qui nous échappe.

 

Le savoir-faire artisanal est au cœur de sa pratique artistique. Animé par l’envie d’apprendre et de mélanger sans cesse de nouvelles techniques, il invente son propre langage plastique.

Tina Schwizgebel-Wang

Récemment récompensée par le Prix Chloé au 34e Festival de Mode, de photographie et d’accessoires d’Hyères pour sa collection de vêtements INKED, Tina est une artiste pluridisciplinaire pratiquant le dessin, la gravure, la céramique, le design de vêtements et d’accessoires, ainsi que le tatouage.

 

À travers ces différents médiums, l’essence-même du travail de Tina est le désir de marquer un moment présent, éphémère et fugace, pour longtemps ou pour toujours, dans la feuille de papier, dans la chair ou sur la peau.

 

www.tina-schwizgebel-wang.com

Toits de Paris, juin 2019